Pleine Lune du 31 mars 2018.

Soleil en Bélier - Lune en Balance.

Cette Pleine Lune est assez précise dans sa demande.

Saturne, chez lui en Capricorne, donc en toute puissance, est conjoint à Mars, planète maîtresse du Bélier où se trouve le Soleil, mais aussi en exaltation dans ce signe du Capricorne.

Inutile de dire que cette conjonction Mars – Saturne, en Capricorne est puissante, et pour bien marquer son empreinte, elle vient au carré de cette Pleine Lune sur l'axe Bélier - Balance.

 

L'Ascendant en Cancer, dont la Lune est la planète maîtresse, se loge en Balance.

Tous les points forts de cette carte de Pleine Lune nous ramène à cette axe Bélier - Balance ; Nous, face à l'autre, aux autres. Nous, dans notre relationnel...

Avant tout "Nous", car le Soleil en Bélier parle de notre affirmation personnelle, de qui nous sommes en essence. De ce qui nous frustre lorsque nous ne nous vivons pas en ce sens, lorsque nous nous effaçons, nous oublions, manquons de cette affirmation personnelle. Surtout que Mars est, ici, fortement "saturnisé", et nous demande d'aller vers une affirmation beaucoup plus mature, vraie et solide.

Ce Soleil est conjoint à Mercure qui, non seulement d'être en phase rétrograde, se trouve, lui aussi, au carré de la conjonction Mars - Saturne.

Si nous avons quelques grieffes contre quelqu'un ou par rapport à une situation, des mots qui se voudraient agressifs, alors qu'ils ne sont que défensifs, pourront être prononcés un peu trop vite.

Défensifs, par peur que l'autre nous prive de quelque chose, peur de ne pas exister... Peur, qui en fait, ne regarde que nous, n'est que notre problème à nous. Cette peur qui se transforme en agressivité, qui ne fait que révéler un stade encore trop immature et surtout "animal", en nous, primitif...

Dans ce cas, nous pourrions nous retrouver face à une attitude très froide, très dure, cassante, à de la sévérité, à quelque chose qui tranche...

"Trancher" est un mot très important dans les énergies de cette Pleine Lune. Trancher dans des situations dans lesquelles nous ne pouvons pas être Nous, mais aussi trancher par rapport à ce que nous pensons de Nous et notre manière d'entrevoir les situations. Entrevoir est le bon mot, car nous ne voyons qu'au travers de nos filtres, avec nos peurs.

Même si cette axe de Pleine Lune ne reçoit aucun soutien, il y a malgré tout leur planètes maîtresse ; Vénus et Mars, qui sont en astect positif de trigone.

En amenant à notre esprit de la patience, de la profondeur et de la responsabilité en ce qui concerne ce que nous propose Mars - Saturne en Capricorne, et la paix pour Vénus en Taureau, conjointe au fraternel Uranus. Fraternel, mais aussi, et surtout en Bélier, source de renouveau.

De RENAISSANCE.

Mot clé du Bélier et de ce moment printannier.

Gardons à l'esprit que nous "remontons" vers l'Âge d'Or, et qu'il nous faut repasser par toutes nos agressivités pour les nettoyer. C'est sans doute pour cela que notre monde peut nous sembler très agressif. Pour s'épurer...

Cela dit, et sur un autre niveau, même si nous avons l'envie de voir changer notre vie et faire avancer nos projets, ou impatients de devenir "Nouveau", les énergies restent très intériorisées car cette conjonction Mars - Saturne est en bonne aspect du trigone formé par Neptune en Poissons et Jupiter en Scorpion.

De plus, nous sommes encore sous les énergies de " nettoyage" de la dernière Nouvelle Lune en Poissons.

Même si nous commençons à ressentir un petit coup de fouet, une envie d'aller de l'avant, nous sommes encore sous ces énergies de dissolution d'anciens schémas, d'éliminer l'ancien, ainsi que sous l'influence de buts à réviser par l'énergie de Mercure rétrograde.

L'Ascendant Cancer nous propose dans tout cela et avec tout cela, de trouver notre sécurité intérieur afin de mieux se vivre dans le relationnel.

La prochaine Nouvelle Lune devrait être très dynamique, voir bousculante pour certains, alors nettoyons, éliminons, acceptons ce qui se termine et tenons-nous prêt au changement, à la Renaissance !

Cultivons l'estime et l'amour de nous-même.

Denise.